DiabSurf, le diabète sur l'Internet > DiabSurf Light  

Le diabète > Le diabète gestationnel >>>


Le diabète gestationnel

Le diabète gestationnel est un diabète révélé et/ou diagnostiqué pendant la grossesse.

Dans la quasi totalité des cas, il disparaît après l'accouchement.

Il est lié aux hormones du placenta qui gênent l'action de l'insuline :
- Si le pancréas a une capacité normale à fabriquer plus d'insuline, il n'y a pas de diabète pendant la grossesse.
- Si le pancréas a des difficultés pour fabriquer le supplément d'insuline nécessaire, un diabète apparaît pendant la grossesse.

Après l'accouchement, les hormones du placenta ne gênent plus l'action de l'insuline, et la régulation du sucre se retrouve dans les conditions d'avant la grossesse (absence de diabète, ou diabète qui existait avant la grossesse mais qui n'était pas connu).

La fréquence et l'intensité du diabète dépendent du niveau des hormones du placenta :
- diabète rare et habituellement peu intense avant le 6° mois,
- augmentation progressivement croissante à partir du 6° mois.

Les risques pour le bébé sont un poids excessif, ce qui peut conduire à un accouchement compliqué (l'accouchement d'un bébé de plus de 4kg est plus long et plus traumatisant que celui d'un bébé de 3,3kg).

Si les glycémies ne sont pas maîtrisées, il y a risque pendant les premiers jours de vie de glycémies anormalement basses (hypoglycémie) ce qui peut conduire à des absences, voire à des pertes de connaissance et à des convulsions. Ce risque est directement en relation avec le niveau de glycémies de la mère aux cours des dix jours qui précèdent l'accouchement.

Si le diabète débute tôt dans la grossesse et que pour une raison ou pour une autre il y a un accouchement très prématuré, il y a risque de détresse respiratoire car le développement des poumons est un peu plus tardif lorsque les glycémies de la mère sont élevées.

Le risque que l'enfant ait lui-même un diabète ne semble pas dépendre du niveau des glycémies de la mère pendant la grossesse, mais de la transmission par la mère d'une partie de son capital génétique. Le risque est donc similaire à celui qui existe lorsque le père de l'enfant a un capital génétique de diabète de type 2, alors que la mère n'en a pas et n'a pas de diabète pendant sa grossesse.

Les risques pour la mère sont liés au poids excessif du bébé qui conduit à un accouchement plus difficile, surtout s'il s'agit d'un premier accouchement, avec majoration du risque de déchirure périnéale ou d'épisiotomie, ainsi que d'extraction instrumentale (ventouse, forceps) et de césarienne.

Si les glycémies ne sont pas maîtrisées il y a majoration du risque infectieux de ces complications.

Un autre risque, moins fréquent, mais pouvant être préoccupant pendant la grossesse, est l'association au diabète d'une hypertension. Ce n'est pas le niveau glycémique qui est responsable de l'hypertension, mais le contexte maternel qui favorise le diabète, qui peut favoriser l'hypertension.

Il existe de nombreuses circonstances permettant de soupçonner qu'un diabète peut survenir lors d'une grossesse (population à risque de diabète gestationnel), et plus particulièrement :
- personnes diabétiques dans la famille de la mère,
- âge supérieur à 35 ans,
- poids de la mère supérieur de 20% au poids idéal correspondant à la taille,
- prise de poids excessive lors des grossesses antérieures,
- enfant de poids supérieur à 4000g à la naissance,
- foetus de poids excessif après la 24° semaine de grossesse,
- utilisation de médicaments pour arrêter les contractions.

Le diagnostic repose sur l'hyperglycémie provoquée par voie orale (HGPO) avec 100g de glucose chez les personnes à risque :
- avant 24 semaines de grossesse, il y a diabète si deux valeurs de l'HGPO dépassent 0,90 - 1,50 - 1,25 et 1,15g/l à 0 - 60 - 120 et 180 minutes,
- après 24 semaines de grossesse, il y a diabète si deux valeurs de l'HGPO dépassent 0,90 - 1,70 - 1,45 et 1,30g/l à 0 - 60 - 120 et 180 minutes.

Mais une prise en charge doit avoir lieu chaque fois qu'il y a possibilité de diabète gestationnel, même si les examens réalisés ne montrent pas tous les critères du diabète gestationnel, étant donné que le diabète augmente chaque semaine après le 6° mois.

Elle repose sur :
- une alimentation équilibrée telle que devrait l'avoir toute femme enceinte,
- la surveillance des glycémies avant repas (moins de 0,90g/l) et 1h30 après les repas (moins de 1,30g/l), à domicile avec un lecteur de glycémies capillaires,
- une activité physique raisonnable régulière,
- l'utilisation d'insuline si les objectifs glycémiques ne sont pas atteints (l'insuline n'est nécessaire que le temps de la grossesse),
- une surveillance obstétricale adaptée.

Trois à six mois après l'accouchement, il est légitime de réaliser une HGPO avec 75g de glucose afin de savoir si le métabolisme du glucose de la mère s'est normalisé.

Les grossesses ultérieures doivent être prises en charge précocement car la récidive du diabète gestationnel est la règle, et souvent à un stade plus précoce de la grossesse.

La contraception orale classique peut éventuellement faire réapparaître le diabète.

Une fois sur deux, un authentique diabète de type 2 est présent à la ménopause chez les femmes ayant fait un diabète gestationnel. Pour diminuer ce risque il est important d'arriver à la ménopause avec un poids le plus normal possible, d'avoir une activité physique régulière, et de limiter les autres facteurs de risque vasculaire (cholestérol, tabac...).

 

Copyright DiabSurf

http://www.diabsurf.com