DiabSurf, le diabète sur l'Internet



L'adaptation anticipatrice des doses d'insuline


L'adaptation anticipatrice est une méthode complémentaire de l'adaptation prévisionnelle des doses d'insuline.


Principe

• Elle consiste à anticiper l'effet d'événements prévus au cours de la journée, pour modifier son traitement habituel en conséquence, par exemple :
- on augmente la dose si la période couverte par l'injection sera plus hyperglycémiante qu'habituellement (repas plus riche en glucides par exemple),
- on diminue la dose si la période couverte par l'injection sera plus hypoglycémiante qu'habituellement (repas léger ou activité sportive par exemple),
L'amplitude de la modification de dose dépend des événements qui interviendront, mais comme pour l'adaptation prévisionnelle, l'ajout ou le retrait d'une seule unité sont souvent une adaptation trop faible pour entraîner des effets significatifs sur la glycémie. Par contre, une augmentation ou une diminution de plus de 2 unités sont parfaitement légitimes si les événements anticipés le demandent.

• Elle consiste aussi à ajouter de l'insuline rapide dans une injection d'insuline retard n'en contenant habituellement pas, ou à faire une injection supplémentaire d'insuline rapide :
- on associe un supplément d'insuline rapide à l'injection habituelle d'insuline retard, si les heures qui suivront l'injection seront plus hyperglycémiantes,
- on se fait une injection supplémentaire d'insuline rapide à une heure où on ne faisait habituellement pas d'injection, si les heures qui suivront cette injection supplémentaire seront plus hyperglycémiantes.
Le nombre d'unités d'insuline rapide associée à une injection habituelle d'insuline retard, ou d'une injection supplémentaire, dépend également des événements qui interviendront, et là également l'apport doit être d'au moins 2 unités pour entraîner des effets significatifs sur la glycémie.
Remarque : il peut paraître surprenant d'envisager de faire une injection supplémentaire d'insuline rapide à une heure non habituelle ... mais c'est pourtant ce que fait tout pancréas non diabétique lorsque son heureux possesseur mange quelque chose à une heure inhabituelle).


Carnet d'autocontrôle

Le carnet d'autocontrôle, dont il est impossible de se passer pour réaliser une adaptation prévisionnelle, est également nécessaire pour l'adaptation anticipatrice.

En effet :
• soit un événement inhabituel doit avoir lieu, et ne sachant que faire on ne réalise pas d'adaptation de doses, mais on note alors quel a été l'effet de cet événement, de façon à juger s'il aurait été souhaitable de faire quelque chose, et en déduire ce qu'il aurait été souhaitable de faire,
• soit un même événement inhabituel doit à nouveau avoir lieu, et il est alors précieux de savoir quels en avaient été antérieurement les effets, de façon à réaliser au mieux une adaptation anticipatrice,
• soit la pratique de l'adaptation anticipatrice, et sa validation par le carnet d'autocontrôle, ont permis d'apprendre progressivement quelles sont les adaptations à réaliser pour différents types d'événements.

Par exemple :
• Ce soir aura lieu une deuxième soirée «partie de cartes entre hommes» chez des amis. Lors de la première soirée, on avait commandé des pizzas et le repas avait donc été riche en glucides, sans légumes verts sauf de la salade, et on avait aussi bu de la bière sans alcool. Aucune adaptation de dose n'avait été réalisée, et le résultat glycémique au retour à la maison vers 2 h du matin n'était pas brillant (la bière, avec ou sans alcool, contient toujours beaucoup plus de sucre qu'on ne pense...). Pour cette deuxième soirée, le programme sera le même, et je majorerai donc mon insuline rapide de 4 unités avant d'entamer la pizza.
• Je suis seul ce soir, je n'ai pas très faim et je vais manger léger : un bol de café, un oeuf à la coque, une tranche de jambon, une tranche de pain, un yaourt nature. La dernière fois que j'avais mangé comme cela, je m'étais injecté seulement 2 unités de moins d'insuline rapide, et j'avais fait une hypoglycémie deux heures plus tard. Ce soir, je m'injecterai donc 4 unités de moins.
• J'ai un peu de fièvre depuis deux jours (pratiquement tout le monde a la grippe sur mon lieu de travail). Mes glycémies étaient élevées hier, ce qui m'a conduit à augmenter aujourd'hui de 2 unités chacune des trois injections d'insuline rapide avant repas. Je n'ai pas d'acétone dans les urines. Il est 22 h et je vais faire mon injection d'insuline retard. J'augmente donc la dose d'insuline retard de 6 unités car la fièvre est toujours là.
• Cette après-midi aura lieu un match de foot, et avec l'habitude et la consultation de mon carnet d'autocontrôle, je sais maintenant ce qui me réussit le mieux : remplacement des 28 unités insuline retard du matin par 10 unités d'insuline rapide avant le petit déjeuner, et par 8 unités d'insuline rapide avant le déjeuner.

Une activité physique modérée ou intense peut nécessiter de baisser de 20 à 50 % la dose d'insuline qui agira pendant cette activité physique.
• Si on utilise un mélange d'insuline, c'est l'insuline rapide ou l'insuline retard qui agira pendant cette activité physique, qu'il faut diminuer.
• Si on utilise un mélange «tout prêt» (par exemple 30/70 %) il est possible, en plus de la diminution de la dose, d'utiliser par sécurité pour cette occasion :
- de l'insuline «100 % retard» si l'activité physique doit avoir lieu dans les heures suivant l'injection,
- ou un mélange «tout prêt» comportant plus d'insuline rapide (par exemple 50/50 %) si l'activité physique doit avoir lieu pendant la fin d'action de l'insuline.
• Il est également possible de remplacer une injection d'insuline retard par deux injections d'insuline rapide (voir exemple ci-dessus).


Quelle insuline faut-il modifier ?

L'adaptation anticipatrice doit concerner l'insuline qui agira pendant la période où aura lieu l'événement dont on veut tenir compte.

Elle peut donc concerner l'insuline rapide (avant un repas par exemple) ou l'insuline retard (randonnée pédestre pendant toute une journée par exemple, ou fièvre) ou les insulines rapide et retard (activité physique intense comme un match de foot dans l'après-midi par exemple).

Par contre, les injections supplémentaires d'insuline ne doivent être faites qu'avec de l'insuline rapide.


Adaptation prévisionnelle puis anticipatrice

Les modifications de doses de l'adaptation anticipatrice doivent être réalisées conjointement aux modifications de doses de l'adaptation prévisionnelle, et les deux premières phases de l'adaptation des doses doivent être :
1) Que commande l'adaptation prévisionnelle (AP) ?
2) Y a-t-il une adaptation anticipatrice (AA) à réaliser ? et que commande-t-elle ?

Par exemple :
1) Glycémie à jeun ce matin à 0,63 g/l => AP = 18-2 d'insuline retard ce soir
2) Soirée pizza => AA => ajout de 4 unités d'insuline rapide avec l'insuline retard ce soir.

1) Glycémie à jeun ce matin à 1,53 g/l qui confirme 1,47 g/l d'hier matin à jeun => AP = 26+2 d'insuline retard ce soir
2) Dîner léger => AA => 4 unités de moins pour l'insuline rapide avant le dîner.

L'adaptation doit d'abord être prévisionnelle

Elle peut aussi être
 anticipatrice

Elle ne doit jamais être uniquement
 correctrice

Toujours trois étapes

1) Que commande l'adaptation prévisionnelle ?

2) Y a-t-il une adaptation anticipatrice à
 réaliser ?

3) Y a-t-il une adaptation correctrice à
 réaliser ?



Copyright DiabSurf