DiabSurf, le diabète sur l'Internet



Les carnets d'autocontrôle


Etant donné que l'adaptation des doses nécessite de connaître les glycémies de fin d'action de l'insuline des deux jours précédents, il est illusoire d'espérer réaliser une adaptation correcte si on ne note pas ses analyses dans un carnet.

On parle de carnets d'autosurveillance ou de carnets d'autocontrôle.

En fait, ce sont les mêmes carnets, mais on parle d'autosurveillance glycémique lorsque l'on surveille simplement ses glycémies, alors que l'on parle d'autocontrôle glycémique lorsque l'on surveille ses glycémies et que l'on adapte les doses d'insuline.


Les différents types de carnet

Il existe de nombreux types de carnets d'autocontrôle.

Tous comportent des lignes et des colonnes, correspondant aux jours et aux heures, qui délimitent des cases destinées à recevoir les éléments de la surveillance (glycémie, glycosurie, acétonurie...) ainsi que des cases «Observations» pour y noter des événements particuliers de nature à expliquer les variations de glycémie (repas inhabituels, collations, activité physique, hypoglycémie, maladie...).

Les jours sont regroupés par pages d'une semaine ou d'une quinzaine, et les heures correspondent aux moments de la journée qui sont les plus intéressants sur le plan glycémique :

• avant les repas du matin, de midi et du soir, parce qu'à ces moments la glycémie a le plus de chance d'être la plus basse,

• après les repas du matin, de midi et du soir, généralement 1h30 après ces repas, parce qu'à ces moments la glycémie a le plus de chance d'être la plus élevée (glycémie postprandiale souvent abrégée PP),

• avant le coucher, parce que c'est le moment précédant la plus longue période où on ne contrôlera pas la glycémie.

Le gros intérêt d'une disposition avec des colonnes pour chaque «moment-clé», par rapport à une disposition où les glycémies sont placées les unes en dessous des autres dans une colonne unique, est que l'on peut immédiatement visualiser des glycémies comparables entre-elles, car elles ont été réalisées à un même moment de la journée et elle sont donc significatives de l'effet des mêmes facteurs (repas, injection, activité physique habituelle...).

Si l'heure d'une glycémie ou d'un événement ne correspond pas aux cases prévues, il suffit de le noter dans une case «approchante» et d'y ajouter l'heure.

Dernier détail :

• dans certains carnets, la glycémie du matin à jeun est en début de ligne, car cela correspond à une certaine logique : début de la journée = début de la ligne, fin de la journée = fin de la ligne

  Matin PP Midi PP Soir PP Coucher Observ.
Lu

1,05

 

1,34

Coll.
à 17h

2,35

 

1,23

Anniversaire
Fred à 17h

10

 

8

8+2

 

22

Ma

1,17

1,48

1,05

 

 

 

0,78

 

10+2

 

8

 

10

 

22

Me

0,78

 

0,98

 

0,89

1,35

 

Hypo
à 3h30

12

 

8

 

10

 

22

Je

2,34

Chaque case peut être utilisée pour y noter glycémies et doses d'insuline, mais aussi toutes autres informations : analyse d'urine, événement particulier...

 

12

Ve

0,89

Foot
20h-22h

12

Sa

0,68

 

12-2

 

8

 

10+2

 

20

Di

1,02

1,67

 

 

1,12

 

0,89

 

10

 

8

 

12

 

20

• dans d'autres carnets, la glycémie du matin à jeun est en fin de ligne, car cela correspond à une autre logique : l'effet de l'insuline retard du soir est ainsi sur la même ligne que le moment où cette injection a été réalisée (la glycémie à jeun de fin de ligne est celle du lendemain matin)

  PP Midi PP Soir PP Coucher Matin Observ.
Lu

 

1,34

Coll.
à 17h

2,35

 

1,23

1,17

Anniversaire
Fred à 17h

 

8

8+2

 

22

10+2

Ma

1,48

1,05

 

 

 

0,78

0,78

 

 

8

 

10

 

22

12

Me

 

0,98

 

0,89

1,35

 

2,34

Hypo
à 3h30

 

8

 

10

 

22

12

Je

1,56

Dans un carnet de ce type, l'effet de l'insuline retard du soir est sur la même ligne que le moment où cette injection a été réalisée.

 

 

Ve

 

Foot
20h-22h

 

Sa

 

 

 

8

 

10+2

 

20

10

Di

1,67

 

 

1,12

 

0,89

0,96

 

 

8

 

12

 

20

10


Intérêt du carnet d'autocontrôle

• Le principal intérêt du carnet est d'avoir sous les yeux les dernières glycémies réalisées pour adapter les doses d'insuline, et une disposition en tableau facilite beaucoup l'analyse.

Il faut souligner qu'étant donné que l'adaptation des doses nécessite de connaître les glycémies de fin d'action de l'insuline des deux jours précédents, il est illusoire d'espérer réaliser une adaptation correcte si on ne note pas ses analyses dans un carnet d'autocontrôle.

• Un autre intérêt du carnet est de pouvoir consulter les semaines précédentes afin de se remémorer la façon dont un événement particulier avait été géré dans le passé (repas spécial, activité physique inhabituelle...).


Etant donné que l'adaptation des doses nécessite de connaître les glycémies de fin d'action de chaque insuline des deux jours précédents, il est illusoire d'espérer réaliser une adaptation correcte si on ne note pas ses analyses dans un carnet d'autocontrôle



Une disposition des glycémies en tableau facilite beaucoup l'adaptation des doses d'insuline



La présentation par les lecteurs de glycémie des valeurs mémorisées ne permet pas de réaliser facilement ces adaptations car on ne dispose pas simultanément des valeurs à comparer



Copyright DiabSurf