DiabSurf, le diabète sur l'Internet



Le prélèvement capillaire


• Le prélèvement de la goutte de sang se fait à l'aide d'un petit appareil, appelé «Autopiqueur», qui permet de se piquer juste assez pour obtenir une goutte de sang sans douleur.

La plupart des autopiqueurs offrent la possibilité d'utiliser plusieurs embases de longueurs différentes afin de tenir compte de l'épaisseur de la peau, ou ont une molette graduée permettant de régler très précisément la profondeur de pénétration de la lancette dans la peau. En milieu hospitalier, on utilise de préférence des lancettes autopiqueuses à usage unique.

Il ne faut jamais utiliser une lancette sans autopiqueur, ni une aiguille pour injection.

Il est important de toujours utiliser un autopiqueur, ou une lancette autopiqueuse à usage unique, d'une part car cela fait moins mal, d'autre part car cela abîme beaucoup moins le bout des doigts que l'utilisation d'une lancette sans autopiqueur. Il est vivement conseillé de refuser de se laisser massacrer les doigts par des ponctions sans autopiqueur (en cas d'hospitalisation ailleurs que dans un service de Diabétologie, il est prudent d'emmener son autopiqueur et ses lancettes).

Toujours avec un autopiqueur

Le diabétique est en droit de refuser un prélèvement capillaire réalisé sans
 autopiqueur

• Lavez-vous les mains à l'eau chaude.
- Il est important de se laver les mains, d'une part pour éviter une infection, et d'autre part pour éviter que des débris alimentaires microscopiques ou la sueur faussent l'analyse.
- Si l'eau est chaude, la goutte de sang sera plus grosse.
- Le savonnage prolongé des mains, qui active la circulation du sang, permet aussi d'obtenir une plus grosse goutte de sang.

Toujours se laver les mains

• Mettez une lancette neuve dans l'autopiqueur.
- Il est important d'utiliser une lancette neuve chaque fois car, afin de réduire la sensation douloureuse, elles ont un diamètre très faible (0,2 mm pour les plus fines) et sont très affutées, ce qui fait que leur pointe s'abîme lors de leur utilisation (l'extrémité est émoussée ou tordue). Les lancettes sont «à usage unique» pour que les doigts restent en bon état, et pas uniquement pour accroître le bénéfice du fabricant.
- Bien entendu, une même lancette ne doit jamais être utilisée par deux personnes différentes, même de façon exceptionnelle.

Toujours avec une lancette neuve

• Préparez une bandelette et mettez en marche le lecteur de glycémie. Tous les segments d'affichage s'allument alors pendant quelques secondes, de manière à pouvoir vérifier au passage qu'il n'y a pas un ou plusieurs segments défectueux (ce qui conduirait à un affichage incohérent ou de chiffres erronés).

• Avec l'autopiqueur, piquez sur le côté de la dernière phalange (c'est à cet endroit qu'il y a le plus de sang et que cela fait le moins mal) des trois derniers doigts de la main gauche ou de la main droite (le pouce et l'index sont les doigts les plus souvent utilisés pour sentir, toucher ou saisir les objets ; il vaut donc mieux ne pas les piquer).



Trois derniers doigts de la main gauche
ou
 de la main droite







Face latérale de la dernière phalange

• La sensation douloureuse peut être encore réduite au moment de la micropiqûre, en pressant les bords interne et externe de la deuxième phalange du doigt où est réalisé le prélèvement, entre le pouce et les autres doigts de la même main.

• Il est important de bien appliquer l'autopiqueur sur la phalange. Il est aussi possible de placer le bord du doigt contre un support (table par exemple) et d'appliquer l'autopiqueur sur l'autre bord du doigt. Il est ainsi impossible que le doigt ne soit pas franchement au contact de l'autopiqueur lorsqu'arrive la lancette.

• Si la goutte de sang est petite, appuyez sur la pulpe du doigt, ou faites venir le sang vers l'extrémité du doigt, en frottant plusieurs fois le bord du doigt, de sa racine vers son extrémité, avec un doigt de l'autre main (les artères des doigts sont situées de chaque côté du doigt, et en frottant le bord du doigt de sa racine vers son extrémité, on pousse le sang vers la zone qui a été piquée avec la lancette).

• Lorsque la goutte de sang est suffisamment grosse, tournez votre doigt de manière à ce que l'endroit de la micropiqûre et la goutte de sang soient vers le bas (si la goutte est au-dessus du doigt, elle aura tendance à couler autour du doigt pour aller en dessous).

• Approchez le doigt de la bandelette de façon à ce que l'extrémité inférieure de la goutte de sang vienne au contact de la zone de dépôt de la bandelette. La goutte de sang glisse alors toute seule dans la bandelette.

• Pour ne pas «rater la cible», c'est-à-dire l'endroit précis où doit être déposée la goutte de sang, il est possible de placer ses deux coudes sur une table (de façon à ne pas travailler avec les épaules) ou de mettre en contact les poignets des deux mains (de façon à ne travailler qu'avec les doigts).

• Selon le lecteur de glycémie, la bandelette peut être tenue à la main où doit être préalablement placée dans le lecteur avant d'y déposer la goutte de sang. Avec les lecteurs récents, il n'est plus nécessaire d'appuyer sur un bouton avant ou après avoir déposé la goutte de sang sur la bandelette, ni d'essuyer la bandelette après avoir entendu un signal sonore.

• En ce qui concerne les bandelettes colorimétriques, elles doivent être introduites dans une fente pour certains lecteurs, ou elles doivent être simplement placées sur la zone de lecture, ou un clapet doit être refermé pour d'autres lecteurs. Avec ces derniers lecteurs, il est important de fermer le clapet si on réalise une mesure en plein soleil, ou de se mettre à l'ombre pendant l'utilisation des lecteurs dont les bandelettes doivent être simplement placées sur la zone de lecture (une forte intensité lumineuse peut fausser la mesure de la couleur de la bandelette).

• Après affichage du résultat, il est possible avec certaines bandelettes, de comparer visuellement le changement de couleur de la zone réactive avec une échelle de couleur présente sur la boîte de bandelettes.

• Notez le résultat dans votre carnet d'autosurveillance. En effet, il est impossible d'adapter des doses d'insuline sans noter ses résultats dans un carnet d'autocontrôle, étant donné que l'adaptation des doses nécessite de connaître les glycémies de fin d'action de l'insuline des deux jours précédents.

Etant donné que l'adaptation des doses nécessite de connaître les glycémies de fin d'action de l'insuline des deux jours précédents, il est illusoire d'espérer réaliser une adaptation correcte si on ne note pas ses analyses dans un carnet d'autocontrôle


• La plupart des lecteurs s'éteignent automatiquement après quelques minutes de non-utilisation, mais il est préférable d'éteindre le lecteur afin de prolonger la durée de vie de la pile.


Ces analyses sont nécessaires pour adapter au mieux vos doses d'insuline (adaptation des doses d'insuline) et votre alimentation (validation des choix alimentaires) pour que vos glycémies dans la journée et dans la nuit se rapprochent le plus possible de celles d'une personne qui n'est pas diabétique.

Jamais sans autopiqueur

Jamais à l'extrémité de la pulpe des
 doigts

Jamais pouce et index



Les lancettes sont à usage unique

Elles ne doivent être utilisées
qu'une seule fois



Copyright DiabSurf