DiabSurf, le diabète sur l'Internet



 
 
Lexique

 

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J   K   L   M

N   O   P   Q   R   S   T   U   V   W   X   Y   Z


 A 

Acétone
Témoin de l'utilisation des graisses de réserve comme source d'énergie. Sa présence dans le sang, puis dans les urines, alors que la glycémie est élevée, correspond à un manque important en insuline (décompensation du diabète en coma acidocétosique). Par contre, sa présence en très faible quantité, alors que la glycémie est normale, correspond à une situation de jeûne.
Voir aussi les mots : Acidocétose, Corps cétoniques, Kétodiabur, Kétodiastix
Voir aussi la page : La signification de l'acétone

Acidocétose
Décompensation du diabète en relation avec un manque important en insuline : fatigue, soif, urines abondantes, présence d'acétone dans les urines, perte de l'appétit, nausées, vomissements, respiration rapide, puis entrée progressive dans un coma. Le terme «cétoacidose» est moins souvent employé, mais est plus logique car la production d'acétone précède l'acidification du sang.
Voir aussi les mots : Acétone, Corps cétoniques
Voir aussi la page : La décompensation du diabète

Analogue de l'insuline
Insuline dont la structure a été un peu modifiée pour changer sa libération lorsqu'elle a été injectée. Analogues rapides (Humalog, NovoRapid) qui ont une action plus rapide et plus courte que l'insuline rapide. Analogue lent (Lantus) qui a une action d'environ 24 heures, sans pic initial contrairement aux insulines NPH, et une libération plus stable que les insulines zinc.
Voir aussi le mot : Insuline
Voir aussi la page : L'insuline

Anévrisme
Dilatation localisée d'une artère.
Voir aussi le mot : Microanévrisme

Angiographie rétinienne
Examen consistant à injecter un colorant (fluorescéine) dans une veine du bras et à prendre des photographies du fond de l'oeil. Cet examen permet de voir les vaisseaux de la rétine et les zones d'ischémie à traiter par le laser de façon à éviter une baisse de la vision. L'examen ne nécessite pas d'hospitalisation. Il faut dilater les pupilles au préalable et et vous ne pourrez pas conduire pendant les deux heures qui suivent. En été, il est conseiller d'emmener des lunettes de soleil qui seront à porter dans les heures suivant l'examen. Certains effets secondaires sans gravité sont possibles : peau et urine colorées plusieurs heures après l'injection, nausées, malaise, allergie.
Voir aussi les mots : Fond d'oeil, Laser, Microanévrisme, Rétinopathie

Angioplastie
Procédé qui consiste à dilater, au moyen d'un petit ballonnet, les artères rétrécies par une plaque athéroscléreuse.
Voir aussi les mots : Artères des membres inférieurs, Artériographie, Athérosclérose, Coronarographie, Doppler, Ischémie, Pontage, Sténose, Stent

Artères coronaires
Artères qui nourrissent le coeur. Naissent de l'origine de l'aorte. Coronaire droite qui se termine en artère interventiculaire postérieure (IVP). Artère coronaire gauche qui se divise rapidement en artère circonflexe et en artère interventriculaire antérieure (IVA).
 


Voir aussi les mots : Angioplastie, Coronarographie, Ischémie, Pontage, Sténose, Stent

Artères des membres inférieurs
 

image


Voir aussi les mots : Angioplastie , Artériographie, Athérosclérose, Doppler, Sténose

Artériographie
Radiographies après injection d'un produit dans le sang, permettant d'étudier les artères : analyse des parois, mesure des diamètres, recherche de rétrécissements, de plaques athéroscléreuses pouvant être à l'origine d'embolie, recherche de caillots...
Voir aussi les mots : Artères des membres inférieurs, Athérosclérose, Coronarographie, Doppler, Pontage, Sténose

Aspartam

Edulcorant de synthèse apportant un goût sucré. La mention «A l'aspartam» signifie que cet édulcorant a été utilisé pour fabriquer le produit. Ce produit peut donc parfaitement contenir du sucre de cuisine ou un autre glucide, et élever la glycémie.
Voir aussi les mots : Sans sucre
Voir aussi la page : Les édulcorants

Athérosclérose
Processus qui conduit à l'épaississement de la paroi des artères. Le dépôt de cholestérol dans la paroi des artères aboutit à la formation de plaques athéroscléreuses qui réduisent progressivement le diamètre de l'artère. Il en résulte un moindre débit sanguin en aval qui a pour conséquences des douleurs (douleurs dans les mollets, angine de poitrine) à l'effort, puis aussi au repos. Les plaques athéroscléreuses favorisent aussi la formation de caillots qui peuvent migrer en aval (accident vasculaire cérébral, ischémie aiguë d'un orteil) ou boucher complètement l'artère (infarctus du myocarde, ischémie aiguë d'un membre).
Voir aussi les mots : Artères des membres inférieurs, Artériographie, Cholestérol, Coronaropathie, Doppler, Ischémie, Pontage, Sténose
Voir aussi la page : Pourquoi le diabète abîme-t-il les gros vaisseaux ?

Aube
Phénomène de l'aube. Chez certains diabétiques, les besoins en insuline sont plus importants en fin de nuit qu'en début de nuit. Il n'y a pas d'hypoglycémie pendant la nuit, et tout se passe comme si l'organisme est moins sensible à l'insuline en fin de nuit.
Voir aussi la page : L'adaptation des doses : synthèse et points particuliers

Autocontrôle glycémique
Mesure de la glycémie par le diabétique lui-même (autosurveillance) et adaptation de ses doses d'insuline en fonction de ces mesures.
Voir aussi le mot : Autosurveillance
Voir aussi la page : Les carnets d'autocontrôle

Autosurveillance glycémique
Mesure de la glycémie par le diabétique lui-même, au moyen d'un lecteur de glycémie capillaire.
Voir aussi le mot : Autocontrôle
Voir aussi la page : Les carnets d'autocontrôle, Validation des choix alimentaires

 B 

Biguanide
Antidiabétique oral agissant surtout sur les glycémies après repas.
Voir aussi la page : Les biguanides

Bolus
Nom donné au supplément d'insuline administré avant les repas (bolus est un mot latin qui signifie action de jeter, coup de dé, coup de filet...).
Voir aussi les mots : Insulinothérapie basal-bolus, Pompe à insuline
Voir aussi la page : Schéma basal-bolus

 C 

Cataracte
Opacification du cristallin (lentille située en arrière de l'iris). La vision se modifie lentement : éblouissement par la lumière, voile dans ou devant l'oeil, couleurs plus ternes, lecture parfois difficile. Favorisée par l'âge et par de nombreuses années de diabète mal maîtrisé.

Cholestérol
Le cholestérol est nécessaire au fonctionnement du corps. Il est fabriqué par le foie et déversé dans le sang sous forme de LDL cholestérol pour être mis à disposition des cellules. Il existe également un système de récupération du cholestérol, qui ramène le cholestérol au foie sous forme de HDL cholestérol. Comme le HDL cholestérol appartient au système d'épuration du cholestérol présent dans le sang, il est parfois appelé «bon cholestérol», et par opposition le LDL cholestérol est parfois appelé «mauvais cholestérol», mais il s'agit du même cholestérol qui circule dans le sang sous deux formes différentes. La valeur normale du cholestérol total est inférieure à 2,00g/l. La cholestérolémie doit absolument être normalisée chez les personnes diabétiques.
Voir aussi les mots : Athérosclérose, Triglycérides
Voir aussi la page : Le régime méditerrannéen

Clairance de la créatinine
La créatinine, qui est issue du renouvellement naturel des muscles, est produite en quantité constante qui dépend du volume musculaire. La clairance de la créatinine est un calcul réalisé à partir des dosages de la créatinine dans le sang et les urines : C = (créatininurie x volume des urines) / (créatininémie x temps de recueil). Elle représente le volume théorique de sang totalement épuré en créatinine par les reins en une minute. N : 80 à 120 ml/min chez l'adulte jeune. Sa valeur diminue physiologiquement avec l'âge pour atteindre environ 60 ml/mn après 60 ans et 40 ml/mn après 70 ans. Diminuée en cas d'insuffisance rénale car les reins éliminent moins la créatinine alors qu'elle est produite en quantité inchangée par les muscles. Statistiquement, la dialyse chronique devient nécessaire au cours des douze mois suivants, chez la moitié des personnes dont la clairance de la créatinine passe en-dessous de 30 ml/min. Attention, il faut que le recueil des urines des 24 heures soit complet et précisément mesuré pour que le calcul soit interprétable.
Voir aussi les mots : Créatininémie, Dialyse, Microalbuminurie, Néphropathie, Insuffisance rénale

Coma hyperglycémique
Terme habituellement utilisé pour désigner la décompensation acidocétosique d'un diabète, mais le coma hyperosmolaire est aussi un coma hyperglycémique.
Voir aussi les mots : Acidocétose, Coma hyperosmolaire
Voir aussi la page : La décompensation du diabète

Coma hyperosmolaire
Décompensation très grave, sans présence d'acétone, avec forte hyperglycémie, forte déshydratation et coma, habituellement chez un diabétique de type 2, de plus de 50 ans, non traités par l'insuline, à l'occasion d'une affection aiguë : pneumonie, angine, diarrhées...
Voir aussi le mot : Acidocétose
Voir aussi la page : La signification de l'acétone

Coma hypoglycémique

Perte de connaissance due à une hypoglycémie.
Voir aussi la page : Les hypoglycémies

Coronarographie
Radiographies après injection d'un produit dans le sang permettant d'étudier les artères du coeur (A coronaires) : analyse des parois, mesure des diamètres, recherche de rétrécissements, de plaques athéroscléreuses, recherche de caillots...
Voir aussi les mots : Angioplastie, Artères coronaires, Artériographie, Athérosclérose, Ischémie, Pontage, Stent

Coronaropathie
Insuffisance coronaire. Angine de poitrine. Athérosclérose des artères du coeur (A coronaires) qui réduit progressivement le diamètre de ces artères avec pour conséquence un moindre débit sanguin en aval à l'origine de douleurs (angine de poitrine) à l'effort ou au repos, et de la formation de caillots venant boucher l'artère (infarctus du myocarde).
Voir aussi les mots : Angioplastie, Artères coronaires, Artériographie, Athérosclérose, Coronarographie, Ischémie, Pontage, Stent

Corps cétoniques
Produits lorsque le corps utilise les graisses comme principale source d'énergie. La plupart d'entre eux acidifient le sang et contribuent au coma acidocétosique. L'un d'eux, appelé «Acétone» peut être détecté facilement dans les urines au moyen de bandelettes réactives (Kétodiabur, Kétodiastix).
Voir aussi les mots : Acétone, Acidocétose
Voir aussi la page : La signification de l'acétone

Créatine phosphokinases
CPK. Enzymes musculaires qui peuvent être dosés pour le diagnostic de certaines maladies, ainsi que pour dépister les effets secondaires de certains médicaments. Ne pas confondre avec «créatinine».
Voir aussi le mot : Transaminases

Créatininémie
La créatinine, qui est issue du renouvellement naturel des muscles, est produite en quantité constante qui dépend du volume musculaire, et est éliminée par les reins. Son augmentation dans le sang est le témoin d'une diminution de la capacité d'épuration des reins (insuffisance rénale). La clairance de la créatinine permet une évaluation plus précise de la fonction rénale.
Voir aussi les mots : Clairance de la créatinine, Dialyse, Glomérule rénal, Microalbuminurie, Néphropathie, Insuffisance rénale

 D 

Dextro
Abréviation de Dextrostix, nom des bandelettes qui ont été les premières à être utilisées de façon courante dans les années 1980 pour mesurer la glycémie capillaire au moyen d'un lecteur appelé Glucometer.
Voir aussi la page : Les lecteurs de glycémie

Diabète de type 1
DT1. Diabète maigre, Diabète juvénile, Diabète du sujet jeune.
Voir aussi la page : La maladie et ses conséquences, Histoire naturelle du DT1

Diabète de type 2
DT2. Diabète gras, Diabète non insulinodépendant, Diabète de la maturité.
Voir aussi la page : La maladie et ses conséquences, Histoire naturelle du DT2

Diabète gestationnel
Diabète qui apparaît pendant la grossesse. Disparaît pratiquement toujours après l'accouchement mais revient au cours des grossesses suivantes, et une fois sur deux à la ménopause.
Voir aussi le mot : O'Sullivan
Voir aussi la page : Le diabète gestationnel

Diagnostic du diabète
Le diagnostic du diabète repose sur la glycémie à jeun. Les «dégâts glycémiques» commencent dès 1,10g/l. La surveillance du bon contrôle du diabète repose sur l'hémoglobine glyquée (HbA1c).
Voir aussi les mots : HbA1c, HGPO
Voir aussi la page : Le diagnostic du diabète

Dialyse
Procédé d'épuration du sang pour pallier à l'insuffisance rénale :
• Hémodialyse : Epuration discontinue du sang par une machine appelée «rein artificiel». Fistule au bras ou à l'avant-bras permettant de prélever le sang au niveau d'une artère, et de le restituer dans une veine. Habituellement séances de 4 à 5 heures, 3 fois par semaine.
• Dialyse péritonéale : Epuration continue au moyen de la cavité abdominale. Un liquide placé dans l'abdomen s'impreigne des déchets à éliminer. Ce liquide doit être renouvelé toutes les 4 à 6 heures.
Il y a environ 25.000 personnes dialysées en France et ce nombre augmente de 5 à 8% par an. Un dialysé sur 3 est diabétique. Dans certaines régions, un nouveau dialysé sur 2 est diabétique. Après 60 ans, le diabète est la première cause insuffisance rénale chronique.
Voir aussi les mots : Clairance de la créatinine, Créatininémie, Glomérule rénal, Insuffisance rénale, Microalbuminurie, Néphropathie

Doppler
Examen utilisant les ultrasons permettant d'étudier les artères ou les veines : analyse des parois, mesure des diamètres, recherche de rétrécissements, de plaques athéroscléreuses pouvant être à l'origine d'embolie, recherche de caillots, de phlébite...
Voir aussi les mots : Artériographie, Phlébographie

 E 

Edulcorant
Ethymologiquement, substance qui atténue le mauvais goût d'une boisson, d'un aliment, d'un médicament, notamment en y ajoutant une saveur douce. Le sucre de cuisine est donc un édulcorant. En pratique, on utilise ce terme pour désigner les substances de synthèse qui apportent un goût sucré : aspartam, saccharine, acésulfame...
Voir aussi la page : Les édulcorants

Electrocardiogramme d'effort
ECG d'effort. Epreuve d'effort. Electrocardiogramme réalisé au cours d'un effort de marche ou sur bicyclette ergométrique, dans le but de dépister une irrigation coronaire insuffisante non visible sur un simple électrocardiogramme réalisé au repos. En cas d'impossibilité d'effort pour une raison rhumatologique par exemple, une scintigraphie myocardique peut être proposée.
Voir aussi le mot : Scintigraphie

Electromyogramme
EMG. Examen permettant d'évaluer le fonctionnement des nerfs et des muscles, notamment pour étudier le degré de neuropathie diabétique.
Voir aussi les mots : Mononévrite, Neuropathie, Polynévrite

Enzymes
Protéines chargées de faciliter et d'accélérer les réactions chimiques.

 F 

Fibres
Glucides non assimilables surtout présents dans les légumes et les fruits. N'élèvent pas la glycémie, mais permettent au contraire de ralentir le passage, des intestins vers le sang, des glucides présents dans les aliments. Leur présence est indispensable dans tous les repas pour atténuer l'index glycémique des repas.
Voir aussi les mots : Glucides, Index glycémique, Sucres lents, Sucres rapides
Voir aussi la page : Les fibres alimentaires

Fond d'oeil
Examen ophtalmologique consistant à examiner le fond de l'oeil au travers de la pupille. Une dilatation de la pupille (collyre une heure avant l'examen) est nécessaire pour que cet examen puisse être réalisé de façon complète en cas de diabète.
Voir aussi les mots : Angiographie rétinienne, Fovea, Macula, Microanévrisme, Papille, Rétinopathie

Fovea
Partie centrale de la rétine (au centre de la macula) qui assure la vision la plus précise.
Voir aussi les mots : Fond d'oeil, Macula

Fructosamine
Témoin de la moyenne des glycémies des 3 dernières semaines. Résultat exprimé en micromoles/l. Dosage faussé chez les personnes ayant certaines maladies rares des protéines du sang, une hyperthyroïdie ou une hypothyroïdie sévères et non traitées.
Voir aussi le mot : HbA1c
Voir aussi la page : Comment mesurer le diabète

 G 

Gastroparésie
Retard à l'évacuation des aliments, de l'estomac vers l'intestin, en relation avec une neuropathie végétative. Rare et mettant plusieurs dizaines d'années pour se constituer, elle est évoquée devant des hypoglycémies juste après repas.
Voir aussi les mots : Neuropathie végétative

Glinide
Antidiabétique oral agissant surtout sur les glycémies après repas.
Voir aussi la page : Les glinides

Glitazone
Antidiabétique oral agissant surtout sur les glycémies après repas.
Voir aussi la page : Les glitazones

Glomérule rénal
Peloton de capillaires sanguins où commence la filtration du sang dans les reins. La quantité de sang passant dans les reins représente environ 20% du débit cardiaque (chez l'adulte 5,6 x 20% = 1,2 litres par minute = 72 litres par heure).
Voir aussi les mots : Clairance de la créatinine, Créatininémie, Dialyse, Insuffisance rénale, Microalbuminurie, Néphropathie

Glucagon
Hormone fabriquée par le pancréas qui oblige le foie à fabriquer du sucre. Produit en grande quantité lorsqu'il y a hypoglycémie, de façon à faire remonter la glycémie, même si on ne mange pas. Chez le diabétique traité par l'insuline, peut être injecté en cas de perte de connaissance pour faire remonter la glycémie plus rapidement. Commercialisé sous le nom «Glucagen».
Voir aussi le mot : Hormone
Voir aussi la page : L'injection de glucagon

Glucides
Aliments constitués par :
• les monosaccharides (glucose, fructose, galactose, mannose...)
• les disaccharides (saccharose, lactose, maltose...)
• les polysaccharides assimilables (amidon, amylose, amylopectine...)
• les polysaccharides non assimilables (cellulose, hémicelluloses, pectines, mucilages, gommes...).
Les éléments des trois premiers groupes sont transformés en glucose et élèvent la glycémie.
Les éléments du quatrième groupe, également appelés «fibres», ne passent pas dans le sang, et ralentissent le passage, des intestins vers le sang, des glucides assimilables. Leur présence est indispensable dans tous les repas pour atténuer l'index glycémique des repas.
Voir aussi les mots : Fibres, Index glycémique, Saccharose, Sucres lents, Sucres rapides
Voir aussi la page : Sucres simples, complexes, rapides, lents...

Glucometer
Nom du premier lecteur de glycémies capillaires à avoir été utilisé de façon courante dans les années 1980.
Voir aussi le mot : Dextro
Voir aussi la page : Les lecteurs de glycémie

Glucose
Nom du sucre qui circule dans le sang. Source d'énergie pour toutes les cellules du corps. Apporté par la digestion des glucides alimentaires ou fabriqué par le foie dans l'intervalle des repas et la nuit.
Voir aussi le mot : Glucides
Voir aussi la page : La maladie et ses conséquences

Glycémie à jeun
Taux de sucre dans le sang le matin à jeun. N : entre 0,70 à et 0,90g/l. Utile pour le diagnostic du diabète, mais mauvais indicateur de surveillance du diabète pour laquelle il faut lui préférer l'hémoglobine glyquée (HbA1c).
Voir aussi les mots : Diagnostic du diabète, HbA1c
Voir aussi la page : Comment mesurer le diabète

Glycémie postprandiale
Glycémie 1h30 après le début du repas. Moment où l'effet du repas est habituellement maximum sur la glycémie. Ne dépasse pas 1,50g/l en l'absence de diabète.
Voir aussi les mots : Diagnostic du diabète, Glycémie à jeun, Glycémie préprandiale, HbA1c
Voir aussi la page : Comment mesurer le diabète, Validation des choix alimentaires

Glycémie préprandiale
Taux de sucre dans le sang avant les repas. N : entre 0,70 à et 0,90g/l. Est dû à la fabrication de sucre par le foie, beaucoup plus qu'à du sucre du repas précédent qui serait resté dans le sang jusqu'au repas suivant.
Voir aussi les mots : Diagnostic du diabète, Glycémie à jeun, Glycémie postprandiale, HbA1c
Voir aussi la page : Comment mesurer le diabète, Validation des choix alimentaires

Glycogène
Molécule constituée de molécules de glucose. A la suite des repas, le glucose sanguin est stocké dans le foie et les muscles sous forme de glycogène. Dans l'intervalle des repas, le foie libère du glucose à partir du glycogène, et les muscles utilisent leur glycogène comme source d'énergie.
Voir aussi la page : La maladie et ses conséquences

Glycosurie
Taux de sucre dans l'urine. En l'absence de diabète, il n'y a pas de sucre sucre dans l'urine, sauf cas très particulier. En cas de diabète, le sucre apparaît dans l'urine lorsqu'il dépasse à 1,80g/l dans le sang (seuil rénal du glucose).
Voir aussi la page : Comment mesurer le diabète

Greffe
Mise en place de cellules ou de tissu cellulaire dans un autre organisme. Ne nécessite pas de relier le matériel greffé à la circulation sanguine de l'organisme receveur. Souvent utilisé pour désigner une transplantation. Xénogreffe : greffe entre espèces différentes. Allogreffe : greffe entre deux individus de même espèce. Autogreffe : transfert d'un greffon prélevé chez le receveur lui-même.
Voir aussi le mot : Transplantation

 H 

HbA1c, Hémoglobine glycosylée, Hémoglobine glyquée
Témoin de la moyenne des glycémies des 2 derniers mois. Résultat exprimé en pourcentage de l'hémoglobine totale (L'hémoglobine, présente dans les globules rouges, donne la couleur rouge au sang et transporte l'oxygène. Le sucre dans le sang se lie à une partie de l'hémoglobine. Comme la durée de vie des globules rouges est d'environ 3 mois, le taux d'HbA1c est le témoin de la moyenne des glycémies des 2 derniers mois). Paramètre le plus important pour connaître le degré d'équilibre, dans le diabète de type 1 ou de type 2. Dosage indispensable tous les 3 mois, qui est remboursé par la sécurité sociale. Comparaison de deux résultats uniquement si même laboratoire. Dosage faussé pendant la grossesse et chez les personnes ayant une anomalie congénitale de l'hémoglobine (dans ces cas rares, on peut doser la fructosamine).
Voir aussi les mots : Diagnostic du diabète, Fructosamine, Glycémie à jeun, Glycémie postprandiale, Glycémie préprandiale
Voir aussi la page : Comment mesurer le diabète

HGPO
Hyperglycémie provoquée par voie orale. Examen consistant à avaler 75g de glucose (100g en cas de grossesse), à jeun, dans 300ml d'eau, et à mesurer le taux de sucre dans le sang avant le test puis 30, 60, 120 et 180 minutes après avoir avalé le glucose. Permet de voir avec quelle rapidité et quelle intensité le glucose avalé est stocké. N'est plus nécessaire pour le diagnostic du diabète en dehors de la grossesse. Permet le diagnostic du diabète gestationnel. Examen sur 5 heures pour l'exploration des hypoglycémies non diabétiques.
Voir aussi les mots : Diagnostic du diabète
Voir aussi la page : Le diagnostic du diabète

Holter
Holter ECG. Holter tensionnel. Enregistrement continu pendant 24h de l'électrocardiogramme ou de la tension artérielle.

Hormone
Substance produite dans un organe, transportée par la circulation sanguine vers un autre organe ou un tissu dont elle excite ou inhibe le fonctionnement. L'insuline et le glucagon sont des hormones.
Voir aussi les mots : Glucagon, Insuline

Hydrates de carbone
Signifie «constitué d'atomes d'hydrogène et de carbone». En pratique, synonyme de glucides.
Voir aussi le mot : Glucides
Voir aussi la page : Sucres simples, complexes, rapides, lents...

Hyperglycémie réactionnelle
Glycémie élevée dans les heures suivant un malaise hypoglycémique, en relation avec la prise de glucides et surtout la sécrétion d'hormones hyperglycémiantes de contre-régulation. Doit avoir la signification d'une hypoglycémie dans l'adaptation des doses d'insuline.
Voir aussi la page : L'hypoglycémie

 I 

Ilots de Langerhans
Ilots pancréatiques dont les cellules fabriquent l'insuline, le glucagon, la somatostatine et le polypeptide pancréatique. 1 à 2 millions d'îlots chez l'homme, d'environ 0,1 à 0,2mm de diamètre, représentant 1 à 2% du poids du pancréas. Environ 3.000 cellules par îlot.
Voir aussi le mot : Pancréas

Incidence
En épidémiologie, nombre de nouveaux cas (maladie, accident, événement...) pendant une période donnée dans une population déterminée. Ne pas confondre avec «prévalence».
Voir aussi le mot : Prévalence

Index glycémique
L'index glycémique définit le pouvoir hyperglycémiant d'un aliment. Il n'est pas superposable au contenu en sucre de l'aliment, ni au goût plus ou moins sucré de l'aliment. Il dépend de la nature de l'aliment, de son emballage naturel, de la préparation de l'aliment (degré de cuisson, de broyage ou de mixage...) et de l'association de l'aliment à d'autres aliments. Les fibres (légumes verts, crus ou cuits) et les protéines (viande, oeuf, poisson, laitages) abaissent le pouvoir hyperglycémiant des repas. Un repas est d'autant moins hyperglycémiant qu'il est mixte et équilibré en glucides, lipides et protéines, et qu'il contient des fibres.
Voir aussi les mots : Fibres, Glucides, Sucres lents, Sucres rapides
Voir aussi la page : L'index glycémique

Indice de masse corporelle
IMC. Indice de Quintelet. Body Mass Index (BMI). Indice permettant de classer les individus d'une population dans les groupes obèse, excès de poids, poids normal et sous-poids, quels que soient le poids et la taille de chaque individu. L'indice est calculé en divisant le poids en kg par le carré de la taille en mètres : IMC=P/(TxT).
- Chez l'homme : Il y a obésité lorsque l'indice est supérieur à 27, excès de poids lorsque l'indice est compris entre 27 et 25, poids normal lorsque l'indice est compris entre 25 et 20, et sous-poids lorsque l'indice est inférieur à 20.
- Chez la femme : Il y a obésité lorsque l'indice est supérieur à 26, excès de poids lorsque l'indice est compris entre 26 et 24, poids normal lorsque l'indice est compris entre 24 et 19, et sous-poids lorsque l'indice est inférieur à 19.
L'IMC est la référence pour le classement des individus dans les publications scientifiques, mais il peut aussi être utilisé à titre individuel en définissant l'obésité à partir du moment où le poids est supérieur à 27xTxT chez l'homme, et supérieur à 26xTxT chez la femme.
Voir aussi la page : Diabète et excès de poids

Inhibiteur des alpha-glucosidases
Antidiabétique oral agissant surtout sur les glycémies après repas.
Voir aussi la page : Les inhibiteurs des alpha-glucosidases

Insuffisance rénale
Fonctionnement insuffisant du rein qui peut être la conséquence de nombreuses années de diabète.
Le seul de traitement de l'insuffisance rénale est la dialyse ou la transplantation rénale.
Une prévention de l'insuffisance rénale est indispensable :
• en équilibrant au mieux le diabète,
• en normalisant de façon stricte la tension artérielle,
• en normalisant les graisses dans le sang,
• en arrêtant de fumer,
• en dépistant et en traitant rapidement les infections urinaires,
• en utilisant certains médicaments (inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine notamment),
• en évitant certains médicaments, notamment certains antibiotiques et les anti-inflammatoires (attention à l'automédication),
• et en maîtrisant l'hydratation lorsqu'une radiographie doit être faite avec injection d'un produit iodé (perfusion de sérum salé avant de réaliser l'examen).
Voir aussi les mots : Clairance de la créatinine, Créatininémie, Dialyse, Glomérule rénal, Microalbuminurie, Néphropathie

Insuline
• Hormone fabriquée par les cellules bêta des îlots de Langerhans du pancréas. Participe à la régulation de la glycémie. Fabriquée en faible quantité dans l'intervalle des repas et la nuit, et de façon rapide et importante à la suite des repas à une quantité correspondant à la quantité de glucides présents dans le repas. Son défaut de sécrétion, ou un effet insuffisant, conduit au diabète.
• Toutes les insulines commercialisées en France sont obtenues par synthèse, ont une structure identique à celle de l'insuline humaine, et sont concentrées à 100 U/ml.
• Insuline rapide : Autrefois appelée insuline ordinaire, elle correspond à l'insuline fabriquée par le pancréas.
• Insuline retard : Insuline associée à un «produit retard» afin d'en allonger la durée d'action. Le produit retard peut être de la protamine (insuline NPH) ce qui allonge la durée d'action à 12 heures, ou du zinc qui stabilise la cristallisation de l'insuline (insuline zinc) ce qui allonge la durée d'action à 12 ou 24 heures.
• Insuline intermédiaire ou insuline semi-lente : Insuline ayant une durée d'action de 12 heures.
• Insuline lente : Insuline ayant une durée d'action de 24 heures.
• Insuline basale : Insuline retard (intermédiaire ou lente) que l'on utilise pour assurer le besoin en insuline de base, c'est-à-dire le besoin en insuline si on ne mangeait pas, dans un schéma où de l'insuline rapide est utilisée pour prendre en charge les besoins en insuline des repas.
Voir aussi les mots : Analogue, Bolus, Hormone, Ilots de Langerhans, Insulinothérapie basal-bolus, Peptide C, Solution, Suspension
Voir aussi la page : L'insuline

Insulinothérapie basal-bolus
Utilisation d'insuline rapide avant les repas pour assurer les besoins des repas, et d'insuline retard pour couvrir les périodes dans l'intervalle des repas. Permet de modifier séparément les doses pour les repas et les doses pour l'intervalle des repas.
Voir aussi les mots : Bolus, Insulinothérapie conventionnelle, Insulinothérapie fonctionnelle
Voir aussi la page : Schéma basal-bolus

Insulinothérapie conventionnelle
Utilisation d'insuline retard le matin et le soir pour assurer par chaque injection les besoins des 12h suivantes. Ne permet pas de modifier les doses pour les repas sans modifier les doses pour l'intervalle des repas.
Voir aussi les mots : Insulinothérapie basal-bolus, Insulinothérapie fonctionnelle

Insulinothérapie fonctionnelle
Adaptation des doses d'insuline combinant l'adaptation prévisionnelle, l'adaptation anticipatrice et l'adaptation correctrice.
Voir aussi les mots : Insulinothérapie basal-bolus, Insulinothérapie conventionnelle, Insulinothérapie fonctionnelle
Voir aussi les pages : L'adaptation prévisionnelle, L'adaptation anticipatrice, L'adaptation correctrice

Ischémie
Moindre irrigation sanguine d'un tissu ou d'un organe, provoquée par un rétrécissement d'une artère ou d'une artériole, ou par un caillot, ayant pour conséquence une souffrance du tissu ou de l'organe par suite d'un moindre apport d'oxygène et de nutriments.

 J 


 K 

Kétodiabur Test 5000
Bandelettes permettant de rechercher la présence d'acétone dans les urines.
Voir aussi les mots : Acétone, Acidocétose, Corps cétoniques, Kétodiastix
Voir aussi la page : La signification de l'acétone

Kétodiastix
Bandelettes permettant de rechercher la présence d'acétone dans les urines.
Voir aussi les mots : Acétone, Acidocétose, Corps cétoniques, Kétodiabur
Voir aussi la page : La signification de l'acétone

 L 

Laser
Le traitement de la rétinopathie diabétique par laser, également appelé photocoagulation, permet d'éviter la baisse de la vision. Il s'agit d'un traitement préventif. Après 10 ans de diabète, un examen ophtalmologique est indispensable tous les ans pour ne manquer le moment où un traitement par laser devient nécessaire. Le principe est de détruire les cellules abîmées de la rétine périphérique qui sécrètent des facteurs de croissance responsables du développement de néovaisseaux qui sont à l'origine d'hémorragies.
Voir aussi les mots : Fond d'oeil, Rétinopathie

 M 

Macula
Partie centrale de la rétine, de quelques mm2, qui assure la vision la plus précise.
Voir aussi les mots : Fond d'oeil, Fovea, Papille

Maculopathie
Atteinte de la macula par la rétinopahie diabétique ou une autre maladie de la rétine.
Voir aussi les mots : Fond d'oeil, Macula

Mal perforant
Petit cratère dans la peau du pied, n'ayant aucune tendance à cicatriser, en relation avec la neuropathie diabétique et l'hyperpression résultant d'un conflit pied/chaussure. L'hyperpression conduit à l'apparition d'une callosité. La fissuration de la callosité conduit à l'infection. Il peut y avoir destruction osseuse et articulaire sans aucune douleur. Il y a un haut risque d'amputation.
Voir aussi le mot : Neuropathie
Voir aussi la page : Le mal perforant

Microalbuminurie
L'albumine est produite par le foie et n'est pratiquement pas éliminée dans les urines puisqu'on en trouve normalement moins de 30mg/24h. Le dépassement de ce seuil est le premier signe facilement authentifiable de l'atteinte des reins par le diabète, mais cela peut aussi être dû à d'autres causes que le diabète. Les bandelettes réactives que l'on trempe dans l'urine ne détectent l'albumine que si son taux est supérieur à 500mg/l. Le dosage de l'albuminurie au laboratoire ne la détecte aussi que si elle est supérieure à 500mg/l. Le dosage de la microalbuminurie au laboratoire permet d'en mesurer les taux les plus faibles (N : inf à 30 mg/24h). Les dosages de l'albuminurie et de la microalbuminurie détectent tous les deux la même chose, mais ce sont deux méthodes différentes dont les seuils de détection sont différents. L'apparition d'une microalbuminurie anormale dépend de l'ancienneté du diabète, du degré d'équilibre du diabète, du niveau de la tension artérielle et de l'existence d'un tabagisme. Arrêter de fumer permet souvent de faire régresser une microalbuminurie débutante.
Voir aussi les mots : Clairance de la créatinine, Créatininémie, Dialyse, Glomérule rénal, Insuffisance rénale, Néphropathie

Microanévrisme
Dilatation localisée d'une artère de la rétine (un des premiers signes de la rétinopathie diabétique).
Voir aussi les mots : Angiographie rétinienne, Fond d'oeil, Rétinopathie

MODY
Abréviation de «Maturity Onset Diabetes of the Young», c'est-à-dire «Diabète de la maturité chez le sujet jeune». C'est un diabète à forte hérédité qui est constaté avant l'âge de 25 ans et souvent même avant 15 ans. Il existe plusieurs types de MODY. Très schématiquement, dans le MODY 2 la capacité de sécrétion en insuline est très longtemps préservée et tout se passe comme si le pancréas régulait la glycémie à un niveau un peu plus élevé que la normale, alors que dans les autres types de MODY (1, 3, 4 et 5 sont actuellement identifiés) le déficit en insuline est plus marqué avec plus souvent nécessité de recourir à un traitement par des comprimés, voire de l'insuline. L'identification du type de MODY est possible par des examens très spécialisés, longs et coûteux, que l'on ne réalise habituellement que dans le cadre d'études particulières de recherche médicale, car la connaissance du type de MODY ne change rien à la prise en charge. Une alimentation équilibrée et une activité physique régulière sont nécessaires, puis éventuellement des comprimés, voire de l'insuline, mais comme pour les autres causes de diabète il n'y a actuellement pas de traitement, hormis la diététique, l'activité physique et le maintien d'un poids correspondant à la taille, pour influencer l'évolution qui se déroule habituellement sur plusieurs dizaines d'années.

Mononévrite
10% des neuropathies diabétiques périphériques. Atteinte isolée d'un nerf (mononévrite) ou de plusieurs nerfs de façon disséminée, simultanée ou successive, comme au hasard, jamais symétriques dans leur installation (on parle alors de multinévrite). Mécanisme vasculaire ou compressif. Entraîne des douleurs avec souvent une recrudescence nocturne et une paralysie localisée ou une moindre force musculaire. Evolution spontanément favorable. Récidive possible si le diabète reste mal contrôlé.
Voir aussi les mots : Neuropathie, Polynévrite
Voir aussi la page : La polynévrite et les mononévrites

 N 

Néphropathie diabétique
Atteinte du rein par le diabète. Le premier signe facilement authentifiable est l'apparition d'une microalbuminurie anormale. La créatininémie s'élève ensuite. La néphropathie s'accompagne souvent d'hypertension artérielle, et l'hypertension artérielle aggrave la néphropathie. La tension artérielle doit absolument être normalisée chez les personnes diabétiques.
Voir aussi les mots : Clairance de la créatinine, Créatininémie, Dialyse, Glomérule rénal, Microalbuminurie, Insuffisance rénale

Neuropathie diabétique
Atteinte des nerfs par le diabète. La neuropathie diabétique est d'autant plus fréquente que le diabétique est âgé ou que le diabète est ancien ou mal contrôlé. On distingue la polynévrite (atteinte diffuse des nerfs des extrémités des membres), les mononévrites (atteinte d'un nerf bien précis) et la neuropathie végétative dont les symptômes dépendent de l'organe concerné.
Voir aussi les mots : Mal perforant, Polynévrite, Mononévrite, Neuropathie végétative
Voir aussi la page : Les différentes formes de neuropathie

Neuropathie végétative
Neuropathie concernant les nerfs du coeur, de l'estomac, des intestins, de la vessie...
Voir aussi les mots : Gastroparésie, Neuropathie
Voir aussi la page : La neuropathie végétative

 O 

O'Sullivan
Screening test d'O'Sullivan. Test de dépistage du diabète gestationnel : une seule glycémie une heure après avoir avalé 50g de glucose, à n'importe quel moment dans la journée, mais à jeun depuis trois heures. Ce test est plus performant que la glycémie à jeun, mais est responsable de faux négatifs et de faux positifs, qui rendent nécessaire la réalisation d'une HGPO avec 100g de glucose si la glycémie constatée est supérieure à 1,30g/l. Toutefois, si la glycémie constatée est supérieure à 2g/l l'HGPO est inutile.
Voir aussi les mots : Diabète gestationnel, HGPO
Voir aussi la page : Le diabète gestationnel

 P 

Pancréas
Glande située derrière l'estomac dont une partie fabrique des enzymes digestifs qui sont déversés dans les intestins, et dont l'autre partie fabrique des hormones (insuline, glucagon...) qui sont sécrétées dans le sang.
Voir aussi les mots : Enzyme, Ilots de Langerhans, Pancréatite, Stéatorrhée
Voir aussi la page : Régulation de la glycémie

Pancréatite
Inflammation de la partie exocrine du pancréas (qui fabrique des enzymes digestifs qui sont déversés dans les intestins). Le diabète existe le plus souvent sans pancréatite, mais une pancréatite peut entraîner du diabète.
Voir aussi les mots : Pancréas, Stéatorrhée

Papille
Zone du fond de l'oeil par où entrent les artères, et par où sortent les veines et les fibres optiques. Ne pas confondre avec «pupille».
Voir aussi les mots : Fond d'oeil

Peptide C
Les cellules bêta des îlots de Langerhans fabriquent de la proinsuline qui, lorsqu'elle passe dans le sang, est scindée en insuline et peptide C (peptide de connexion). Comme une molécule de peptide C est libérée pour chaque molécule d'insuline qui passe dans le sang, et qu'il n'y a pas de peptide C dans les flacons d'insuline, la mesure du peptide C dans le sang ou dans les urines est le témoin de la fabrication d'insuline de l'individu, même s'il reçoit des injections d'insuline. En cas de diabète de type 1, un taux effondré, à jeun et après stimulation, est souvent associé à une instabilité glycémique. Par contre, quel que soit le type de diabète, sa mesure ne permet pas d'affirmer qu'un traitement par l'insuline n'est pas nécessaire. Est aussi utilisé pour explorer les hypoglycémies des personnes non diabétiques.
Voir aussi les mots : Ilots de Langerhans, Insuline

Phlébographie
Radiographies après injection d'un produit dans le sang permettant d'étudier les veines à la recherche de caillots (phlébite).
Voir aussi le mot : Doppler

Polynévrite
90% des neuropathies diabétiques périphériques. Atteinte des nerfs des extrémités des membres, de façon diffuse, bilatérale et grossièrement symétrique, le plus souvent aux pieds «en chaussette», pouvant entraîner des fourmillements, des sensations de froid ou de chaud, des douleurs souvent plus intenses la nuit, et une altération des différentes sensibilités du pied (au chaud, au froid, au toucher, à la douleur, à la pression...). Mécanisme métabolique (hyperglycémie). Evolution vers l'aggravation progressive en l'absence de contrôle du diabète, avec haut risque de plaie des pieds ou de mal perforant.
Voir aussi les mots : Mal perforant, Neuropathie
Voir aussi la page : La polynévrite et les mononévrites

Pompes à insuline
Petit boîtier d'environ 9x6x2cm, pesant une centaine de grammes, porté à la ceinture ou dans une poche, relié à la peau par un petit cathéter d'environ 60cm à changer tous les 2 ou 3 jours, permettant d'administrer de l'insuline rapide, minute après minute dans l'intervalle des repas, et en quantité importante au moment des repas (bolus). Permet souvent d'obtenir un contrôle beaucoup plus précis des glycémies qu'avec des injections classiques, ainsi que des glycémies plus stables et moins d'hypoglycémies. Appareil pris en charge par la sécurité sociale depuis novembre 2000.
Voir aussi le mot : Bolus

Pontage
Intervention chirurgicale consistant à utiliser une artère, une veine ou du matériel synthétique, pour irriguer une artère en dessous d'un rétrécissement, lorsque le rétrécissement ne peut pas être dilaté par angioplastie.
Voir aussi les mots : Angioplastie, Artères coronaires, Artériographie, Athérosclérose, Coronarographie, Ischémie, Sténose, Stent

Prévalence
En épidémiologie, nombre de cas (maladie, accident, événement...) dans une population déterminée, sans distinction entre les cas nouveaux et les cas anciens. Ne pas confondre avec «incidence».
Voir aussi le mot : Incidence

Pupille
Orifice circulaire au centre de l'iris permettant aux rayons lumineux d'atteindre la rétine située au fond de l'oeil. Son diamètre varie avec l'intensité de la lumière. Ne pas confondre avec «papille».

 Q 


 R 

Rétinopathie diabétique
Atteinte de la rétine par le diabète, pouvant aboutir à la perte de la vision. Le diabète est la cause la plus fréquente de cécité en Europe. Après 10 ans de diabète, un examen ophtalmologique est indispensable tous les ans pour ne manquer le moment où un traitement par laser devient nécessaire.
Voir aussi les mots : Fond d'oeil, Laser

 S 

Saccharose
Nom chimique du sucre de cuisine. Parfois aussi appelé «sucrose».
Voir aussi le mot : Glucides
Voir aussi la page : Sucres simples, complexes, rapides, lents...

Sans sucre
La mention «Sans sucre» signifie «Sans sucre ajouté», c'est-à-dire que l'on n'a pas utilisé du sucre de cuisine pour fabriquer le produit. Ce produit peut donc parfaitement contenir un ou plusieurs autres glucides, et élever la glycémie.
Voir aussi le mot : Aspartam
Voir aussi la page : Les édulcorants

Santé
Définition OMS : La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en l'absence de maladie ou d'infirmité (Health is a state of complete physical, mental, and social well-being and not merely the absence of disease or infirmity).

Scintigraphie
Examen consistant à injecter un produit radioactif de façon à obtenir une image fonctionnelle d'un organe. La scintigraphie myocardique permet de voir comment sont irriguées les différentes zones du coeur, au repos, à l'effort ou sous l'influence de médicaments.
Voir aussi les mots : ECG d'effort

Solution
Une solution est un liquide dans lequel les molécules sont dissoutes. Sa composition reste homogène même lorsque le liquide est laissé longtemps au repos. L'insuline rapide, et les analogues de l'insuline (rapides ou lents), sont des solutions : elles restent limpides même après un temps de repos, et il n'est pas nécessaire d'agiter le flacon ou le stylo avant de les injecter. Par contre, les insulines retard sont des suspensions.
Voir aussi les mots : Analogue, Insuline, Suspension

Somogyi
Effet Somogyi. En cas d'alimentation non équilibrée, l'augmentation des doses d'insuline conduit à une tendance hypoglycémique qui entraîne une majoration de l'alimentation et une libération d'hormones hyperglycémiantes de contre-régulation s'opposant à l'action de l'insuline, ce qui conduit à majorer encore les doses d'insuline. Il en résulte alors un «effet boule de neige» conduisant à une situation associant des doses d'insuline élevées, une prise de poids et souvent une HbA1c qui n'est pas bonne.

Stéatorrhée
Présence de graisses en quantité anormale dans les selles. C'est un symptôme de pancréatite ou de malabsorption intestinale.
Voir aussi les mots : Pancréatite, Pancréas

Sténose
Rétrécissement, localisé ou étendu, du diamètre interne d'une artère, par une plaque athéroscléreuse.
Voir aussi les mots : Angioplastie, Artériographie, Athérosclérose, Doppler, Ischémie

Stent
Petit treillis métallique que l'on peut mettre en place dans les artères, à l'endroit que l'on vient de dilater par angioplastie, de manière à réduire le risque de récidive de rétrécissement.
Voir aussi les mots :Angioplastie, Artères coronaires, Athérosclérose, Coronarographie, Ischémie

Sucres lents
Les sucres lents sont constitués par les légumes secs : fèves, flageolets, lentilles, haricots rouges, haricots blancs, pois cassés, pois chiches. Contrairement à ce que l'on a pensé pendant longtemps, le pain, les dérivés de la farine et les féculents sont en fait des sucres rapides.
Voir aussi la page : Sucres simples, complexes, rapides, lents...

Sucres rapides
La plupart des aliments contenant des glucides sont digérés rapidement, et sont donc des sucres rapides, sauf les légumes secs (fèves, flageolets, lentilles, haricots rouges, haricots blancs, pois cassés, pois chiches).
Voir aussi la page : Sucres simples, complexes, rapides, lents...

Sucrose
Nom chimique du sucre de cuisine. Plus souvent appelé «saccharose».
Voir aussi les mots : Glucides, Saccharose
Voir aussi la page : Sucres simples, complexes, rapides, lents...

Sulfamide hypoglycémiant
Antidiabétique oral agissant sur les glycémies avant et après repas.
Voir aussi la page : Les sulfamides

Suspension
Une suspension est un liquide dans lequel les molécules ne sont pas dissoutes. Des particules se déposent au fond du flacon lorsqu'elle est laissée au repos. Les insulines retard sont des suspensions : elle sont laiteuses, des particules se déposent au fond du flacon, et pour rendre le liquide homogène avant injection il est indispensable de retourner systématiquement au moins une dizaine de fois le flacon ou le stylo, sinon la composition de ce qui est injecté n'est pas identique chaque fois.
Voir aussi les mots : Insuline, Solution

 T 

Transaminases
ALAT (SGPT) et ASAT (SGOT). Enzymes hépatiques et musculaires qui peuvent être dosés pour le diagnostic de certaines maladies, ainsi que pour dépister les effets secondaires de certains médicaments.
Voir aussi les mots : Créatine phosphokinases

Transplantation
Mise en place d'un organe dans un autre organisme. Nécessite de relier les vaisseaux de l'organe à ceux de l'organisme receveur. Souvent improprement nommée «greffe». Xénotransplantation : transplantation entre espèces différentes. Allotransplantation : transplantation entre deux individus de même espèce.
Voir aussi le mot : Greffe

Triglycérides
Graisses dans le sang qui sont utilisées comme source d'énergie. Totalement différents du cholestérol, leur excès peut néanmoins aussi abîmer les artères.
Voir aussi les mots : Athérosclérose, Cholestérol

 U 

Urée
L'urée est produite par le foie et éliminée par les reins. Son augmentation dans le sang est le témoin d'une diminution de la capacité d'épuration des reins (insuffisance rénale). Sa valeur dans le sang dépend beaucoup du degré d'hydratation (quantité d'eau présente dans le sang) et on préfère nettement doser la créatininémie.
Voir aussi les mots : Clairance de la créatinine, Créatininémie, Dialyse, Microalbuminurie, Néphropathie, Insuffisance rénale

 V 

Vitré
Corps vitré. Substance gélatineuse transparente que contient l'oeil, entre le cristallin en avant et la rétine en arrière. Il est composé de fibres prises dans un liquide visqueux qui se lie à une grande quantité d'eau. Il peut être le siège d'une hémorragie provenant de la rétine.
Voir aussi le mot : Vitrectomie

Vitrectomie
Ablation du vitré. Cette intervention peut être nécessaire pour rétablir la transparence de l'oeil lorsqu'une hémorragie rétinienne s'y est produite.
Voir aussi les mots : Rétinopathie, Vitré

 W 


 X 

Xanthélasma
Petites tuméfactions de cholestérol au niveau des paupières.
Voir aussi le mot : Xanthome

Xanthome
Petites tuméfactions de cholestérol au niveau de la peau.
Voir aussi le mot : Xanthélasma

 Y 


 Z 

Lexiques de termes médicaux sur le web
 


Copyright DiabSurf dictionnaire glossaire